Le pain : faut-il s’en priver?

Le pain fait parti de notre culture et accompagne peut-être tout vos repas. Pourtant, il fait débat. Le monde scientifique ne semble pas arriver à se mettre d’accord sur ses bienfaits et/ou méfaits pour la santé. Et pour cause : la notion même de « pain ». Quel pain mangez-vous quotidiennement ?


Baguette du boulanger ou du supermarché, pain de mie, pain tajine, pain azyme, pain de campagne, pain bio, en sachet, congelé, cracottes, biscottes, etc. ? A base de quelles céréales et quels types de farines ? Complètes, semi-complètes, raffinées ? Fait à partir de levure chimique, boulangère, ou au levain ? etc.


…et ce n’est pas tout. Tout les pains ne conviennent pas à tout le monde. Êtes-vous atteint(e) d’une maladie chronique ? Avez-vous des symptômes comme ballonnements, flatulences, maux de ventre, maux de tête, fatigue, etc. après ingestion de pain ? Quelle quantité consommez-vous quotidiennement, avec quel(s) aliment(s) l’associez-vous ? Prenez-vous le temps de bien mastiquer ? etc.


Il y a donc plusieurs types de pains qui vont avoir différents effets selon plusieurs facteurs ! Il devient alors impossible de faire une généralité, d’affirmer que le pain est bon ou mauvais pour la santé ou que telle ou telle farine est la meilleure (bien que balayer les pains industriels de sa consommation quotidienne ne fasse pas débat…).


En revanche, il est possible de le déterminer individuellement. Comme toujours en naturopathie, j’opte pour la qualité plutôt que la quantité. En d’autres termes, mieux vaut réduire sa consommation de pain, au profit d’un pain de qualité qui vous est adapté. Il ne s’agit donc pas de vous priver, mais de consommer selon vos besoins, qui vous sont propres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé.